Blog ot-loiresillon.fr
Emploi et Enseignement

Faire carrière en tant que couvreur, un métier à risque

Le métier de couvreur s’effectue en hauteur. De ce fait, il est exposé à de nombreux risques. En effet, durant toutes les étapes de son travail, le couvreur est pour la plupart du temps en danger. D’ailleurs, les accidents issus de son métier sont nombreux et peuvent avoir des conséquences irréversibles sur la santé, ils peuvent même être mortels.

Les risques de chute

Dans tous les travaux en hauteur, les risques de chute sont toujours très présents. Toutefois, il existe de type de chute en hauteur.

Le premier est la chute du couvreur lui-même. Cette chute arrive lorsque le couvreur a eu le malheur de s’appuyer sur une zone fragile lorsqu’il est sur le toit ou par un moment d’inattention il perd l’équilibre et tombe.

La deuxième chute concerne les outils du couvreur. En effet, les couvreurs doivent se munir de leurs artilleries pour effectuer leur travail sur le toit. Et il arrive que ces outils tombent et atteignent toutes personnes ayant eu le malheur d’être dans sa zone d’atterrissage.

Cependant, qu’il s’agisse de la chute d’un couvreur ou de ces outils, les conséquences peuvent être graves et peuvent même être la source d’un accident mortel. De ce fait, les experts dans le domaine à l’exemple de ce couvreur qui se trouve dans le 83 met en place les mesures de sécurité en vigueur pour prévenir ces risques.

Postures inconfortables et dangereuses

On sait que le travail d’un couvreur requiert une force physique exceptionnelle. Cela est dû au fait qu’il est obligé de maintenir une position inconfortable pour faire ses activités. En effet, les couvreurs sont souvent à genoux et accroupi pour pouvoir se déplacer aisément sur le toit. Or le maintien de ces postures de manière prolongée peut résulter de la fatigue, des crampes, des problèmes de l’articulation et des muscles. Alors, les problèmes qu’engendrent les positions auxquelles les couvreurs sont soumis peuvent avoir des répercussions plus sérieuses pour ce professionnel des toitures. Effectivement, étant fatigué et endoloris le couvreur peut perdre sa vigilance et expose alors sa personne à d’autres risques comme la chute en hauteur, et les risques de coupure.

Le climat, un facteur de risque important pour le couvreur

Certes, la hauteur en elle-même constitue un risque considérable pour le couvreur, pourtant, le climat notamment une exposition prolongée au soleil est tout aussi dangereux pour lui. En effet, lorsqu’on est exposé durant une longue période à l’ultraviolet, notre peau peut être brûlée et développe par la suite un cancer. De plus, une forte chaleur peut provoquer chez le couvreur une déshydratation qui mène à des problèmes de vertiges ce qui favorise le risque de chute en hauteur.

À part la chaleur, le froid constitue aussi un risque pour le couvreur. En effet, durant l’hiver, les pieds et les mains sont très sensibles aux froids et soumis à cette fraîcheur ils peuvent s’engourdir et ne peut maintenir l’équilibre du couvreur.

Les produits chimiques affectent la santé des couvreurs

Dans l’exercice de son travail, le couvreur est amené à utiliser différents produits pour protéger le bois de charpente et pour assurer l’étanchéité de la toiture. Cependant, il y en a parmi ces produits qui contiennent des éléments qui dégradent l’état de la santé comme le PCP, le xylène… D’ailleurs, l’utilisation de ces produits peut causer des dommages sur la voie respiratoire ainsi que des problèmes cardiaques et beaucoup plus. De plus, l’inhalation de l’acide chlorhydrique, le plomb… les additifs habituels des produits pour la toiture peuvent affecter le sang et peut entrainer ainsi des troubles neurologiques.

Bref, on peut dire le contact prolongé d’un couvreur peut affecter sa santé de nombreuse façon. Toutefois, le couvreur doit faire tout son possible pour préserver sa santé et doit se munir alors des matériels spécifiques pour limiter son exposition à ces produits nocifs.

Related posts

Reconversion professionnelle : osez une formation coiffure

administrateur

E-learning vs apprentissage classique : quelles différences ?

Journal

Comment les entreprises doivent procéder pour une candidature non retenue?

Ines

Comment bien choisir sa prépa science Po ?

Journal

Les plateformes d’offres d’emploi pour les métiers artistiques pour quels avantages ?

Journal

Les raisons pour lesquelles il faut faire confiance aux centres de formation

Laurent